• «Dans une médiation, contrairement à ce qui se passe dans un tribunal, l'aspect émotionnel du conflit est pris en compte. Tout le monde en sort gagnant, c'est du win-win.»

  •  MÉDIATION

    Dialogue et respect pour un processus de paix

    Qu’il s’agisse d’un conflit familial, conjugal ou de voisinage, la démarche de médiation doit être entreprise rapidement, avant que la situation ne dégénère. Ni juge ni arbitre ou enquêteur, le médiateur accompagne les parties vers une solution qui convienne à chacun.

    Guidée par des valeurs de respect, de confidentialité et d’impartialité, la médiation est une démarche de dialogue et de communication dans laquelle chaque partie s’engage de manière volontaire. Objectif: faire émerger une nouvelle voie. Les points de vue et les ressentis sont exposés sans jugement, une solution satisfaisante pour tous est recherchée en commun, et le processus se termine par la signature d’un accord.

    Agir avant que cela ne dégénère

    Quand fait-on appel à un médiateur? «Si possible, avant qu’il ne soit trop tard, que les dégâts soient majeurs et que les avocats ne soient entrés dans la danse», explique Catherine Favre, qui a œuvré durant deux ans comme Coordinatrice du bureau cantonal vaudois de Médiation santé et handicap, après avoir obtenu un CAS en médiation à l’Université de Neuchâtel.

    Choisir la médiation plutôt que le tribunal, c’est non seulement un choix de paix, mais c’est également une option moins onéreuse et pour un résultat la plupart du temps plus satisfaisant et plus rapide. «Dans un tribunal, l’aspect émotionnel n’est plus pris en compte. Il ne reste plus que les faits, sans nuance, et tout le monde en ressort généralement perdant»

    Exemples de situations propices à la médiation
    – Conflits de voisinage
    – Rupture de dialogue ou tensions dans le couple
    – Querelles familiales (parents-enfants, fratries, etc.)

    > Intéressé-e? N’hésitez pas à me contacter maintenant.